EXTRAIT : Nous ne sommes pas dans la S-F, le Japon veut vendre des voitures volantes d’ici quatre ans


Articles Presse A+GLASS : Le Japon veut commencer à vendre des voitures volantes dans quatre ans

Cliquez ici pour Nous Appeler Gratuitement

Publié par aplusglass.com – Mise en ligne le 02/01/2019

Le gouvernement du Japon et plusieurs entreprises technologiques et automobiles ont convenu d’une feuille de route qui fait de 2023 le point de départ de la commercialisation des véhicules volants et de leur utilisation généralisée en milieu urbain.

 

Après six mois de réunions, un comité public-privé composé d’une vingtaine d’entreprises et des ministères de l’économie, du commerce et de l’industrie et des terres, des infrastructures, des transports et du tourisme ont achevé de définir un plan d’entreprise prévoyant la normalisation de la circulation aérienne.

 

« L’idée derrière la voiture volante est que nous pouvons obtenir un prix plus raisonnable qu’un hélicoptère ou un avion, et qu’il est plus facile de le faire voler », a déclaré Tomohiro Fukuzawa, PDG de Skydrive, membre du comité qui travaille depuis quatre années au développement d’un véhicule volant.

 

Le Japon entre science-fiction et réalité

 

Ce projet bénéficie déjà d’un financement de plus de 5 millions de dollars (4,4 millions d’euros) par des entreprises du secteur automobile et par les gouvernements de Tokyo et du Japon.

 

Environ 400 personnes travaillent sur la fabrication de la voiture volante Skydrive, née de l’esprit d’une douzaine de jeunes ingénieurs qui ont investi leur temps libre dans la création d’un nouveau système de mobilité aérienne.

 

« L’idée derrière la voiture volante est que nous pouvons obtenir un prix plus raisonnable qu’un hélicoptère ou un avion, et qu’il est plus facile à faire voler ».

 

 

« Nous avons commencé à travailler sur ce projet comme une sorte de travail bénévole ou de loisir », a rappelé Fukuzawa, qui en 2014 était engagé dans la production de pièces automobiles pour Toyota Motors. Aujourd’hui, Toyota est l’un des principaux investisseurs de cette société émergente, dont le principal objectif est de participer à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo 2020, ce qu’ils négocient déjà avec l’organisation de l’événement.

 

Après les jeux, ils souhaitent la sortie sur le marché du Skydrive en 2023, ce que le gouvernement japonais est prêt à accepter en créant de nouvelles infrastructures et en élaborant des lois réglementant les transports.

 

Cependant, la production en série et la vente de la voiture, que ses ingénieurs ont planifiée pour 2026, constituent un défi en raison du coût élevé du produit, qui s’élève désormais à 50 millions de yens (397 000 euros).

 

Pour cette raison, le PDG de Skydrive a expliqué que le gouvernement japonais envisageait, dans un premier temps, de transformer ce type de véhicule en service public : « Aujourd’hui, nous ne sommes pas obligés de posséder le véhicule, mais nous pouvons le partager ou l’utiliser comme service. Si nous l’utilisons comme taxi, le prix est beaucoup plus raisonnable. »

 

D’une longueur de 3,6 m, d’une largeur de 3,1 m et d’une hauteur de 1,1 m, la petite taille du Skydrive lui permet de décoller d’un petit espace.

 

Bien que la voiture « puisse voler à n’importe quelle altitude », selon l’ingénieur, l’équipe qui la développe estime que son ascension est de 150 mètres minimum, hauteur qui permettrait à un parachute de s’ouvrir en cas d’accident. En décembre dernier, la compagnie avait piloté avec succès un prototype complet de la voiture, conçue pour accueillir deux personnes et pouvant atteindre une vitesse de 100 km à l’heure.

 

Le premier test avec un pilote humain aura lieu à l’été 2019, après avoir reçu l’approbation du gouvernement japonais. En outre, le Japon organisera des tests en vol pour tous les projets de voitures volantes du pays l’année prochaine. « Au Japon, de nombreuses personnes consomment de la science-fiction, où de nombreuses voitures volantes apparaissent », a conclu Fukuzawa.

Des questions sur votre vitrage automobile ? Contactez nos experts gratuitement.

Nos centres vous accueillent pour tous vos problèmes de vitrage et d’éclairage automobile. Besoin de changer un pare-brise ? Vous désirez un remplacement d’optique de phare ? Nous nous occupons de vous quelque soit votre sinistre. Qu’il soit couvert ou non par votre assurance Bris de Glace, un seul réflexe : A+GLASS

Réservez en Quelques Clics !

PRENEZ RENDEZ-VOUS
TROUVEZ UN CENTRE